Librox blog

À deux, c’est mieux

Accueil > Ecologie > Chiottes sèches en torchis

Chiottes sèches en torchis

mercredi 24 novembre 2010

Résultat d’un week-end d’automne passé à réaliser une cabane en torchis pour abriter des toilettes sèches. Plus qu’une cabane, c’était une expérimentation : j’étais curieux de voir ce que pouvait donner des murs en torchis.

Une fois le matériel acheté (le bois), il m’a fallu un jour pour fabriquer cette structure tout seul.

La structure

Ensuite on s’est mis à creuser à 2 1/2... Il a fallu 1/2 journée.

Le difficile creusage
Faut mettre la main !
Admirer la profondeur...
Les trous pour les fondations

Vous pouvez voir le bas des poteaux peints à l’huile de vidange, soit disant pour étanchéifier... (J’y crois pas trop mais je voulait pas me faire chier)

La structure, une fois plantée

Une fois la structure installée dans les trous, on peut commencer à clouer les linteaux sur lesquelles le torchis s’accrochera.

Préparation des linteaux pour faire tenir le torchis

Inventaire du matériel utilisé :

  • Du bois (quand même dans les 60€ de bois pour la structure, sachant que les linteaux proviennent de la récup, donc gratuits)
  • Du foin (5€ la botte, une botte utilisée)
  • Des tuiles de récup
  • 4 planches de récup
  • La terre des fondations pour faire les murs
  • Des pierres de récup pour surélever de 10cm les murs
  • Un sac de ciment (la chaux c’est mieux) pour nos tests, on n’en a utilisé que pour le bas des murs mélangé au torchis
    Le matos : du foin

    Pour la recette, on y est allé au pif : de la terre qui colle bien, on trempe de la paille dedans et voilà !

Technique de filtrage de la terre (inventée par Martin) :

Les linteaux sont posés

Avec le recul, on ne fera plus pareil. En fait, pas besoin de filtrer la terre, il suffit de prendre de la terre humide après une pluie, ou dans un endroit qui retient l’eau. Si il reste des racines ou des petits cailloux, ça ne fait que renforcer la structure.

Technique du Phi’ss

Technique de Thomas : des longs boudins qu’il tresse de haut en bas

Technique de Louis

Technique de Louis : des gros boudins à califourchon sur un linteau

Technique de Papa

Technique de Papa : tresser de la ficelle sur la surface, puis remplir un côté de torchis, puis l’autre

Aperçu de face
Aperçu de côté
Construction du toit

Le toit a été monté par Thomas, mais les murs et la porte ne sont toujours pas fini. Ah quand je suis pas là, y’a personne qui bosse...

Conclusion : le torchis ça prends du temps, par contre on peut lui faire prendre la forme qu’on veut, faire des petites fenêtres de forme bizarre. Pour la tenue du matériaux, on va attendre la fin de l’hiver pour donner un avis !